Le Projet

Construire un musée permanent pour l’œuvre d’Antonino

Ce qui amène toutes sortes de questions :

Nous y viendrons, mais pour l’instant voilà l’idée :

Dessin du projet pour le bâtiment du musée Antonino
Cliquer pour agrandir

Si vous avez suivi l’œuvre d’Antonino vous reconnaissez la plupart des tableaux, mais ne vous inquiétez pas :

  • L’image est une maquette; aucun des tableaux existants ne sera utilisé
  • Chaque panneau fera partie d’une fresque qui couvrira entièrement le mur
  • L’idée est de faire du bâtiment lui-même une œuvre d’Antonino, avec peintures, vitraux, céramiques, mosaïques et sculptures. Le musée sera une œuvre d’art qui abritera des œuvres d’art
  • Antonino and moi n’avons pas encore décidé du design final :
    • Je pousse pour le plus exubérant
    • Antonino est plutôt pour un design plus calme, avec l’art à l’intérieur
  • Je vais probablement céder...

 

Quoi d’autre ?

Évidemment, la priorité est de montrer le travail d’Antonino, mais nous avons aussi d’autres projets :

  • Un jardin avec une aire de jeux pour enfants, pour pouvoir garder un œil sur les enfants depuis le balcon, avec tables et chaises pour se détendre, savourer un café et admirer peintures murales et sculptures
  • Un cybercafé avec wifi gratuit pour les visiteurs
  • Une boutique vendant des reproductions et des livres
  • Suco Bar (Bar à jus de fruits). Si vous avez été au Brésil, vous savez ce que c’est : des mélanges appétissants de jus de fruits, épais, aux saveurs extraordinaires, faits avec des ingrédients comme des baies d’acaï, pommes de cajou, prunes mombin, guaraná, cupuaçu... Vous pouvez me faire confiance là-dessus, c’est dé-li-cieux !
  • Concerts : nous avons des projets pour les soirs d’été ; le Quatuor Clare viendra de Hollande pour jouer des œuvres de Villa-Lobos, Boismortier, Albertini, Taverner..., et d’autres événements musicaux avec des artistes comme :
  • Retraites et séminaires : nous y songeons. Toutes les formes d'art sont bienvenues, enfin presque ; nous hésitons encore pour des séminaires de batterie ou de trompette
  • Nous sommes ouverts à toutes propositions : thérapie par l’art, conférences, cours, colloques ... Ce qui me plairait bien, c’est une conférence TED.
  • Nous envisageons aussi des cours d'art pour les enfants en difficulté à l’ITEP de l’Audronnière.
  • Chaque été, la ville organise un festival d'art sur les rives du Cher. Nous avons l'intention d’aider à développer l'événement.

 

L’histoire, en bref

L’idée d’un musée remonte à plusieurs années, huit ou dix ans peut-être…

Le premier projet date de quand j’étais en Estonie, quelque chose qui me permettrait d’exposer l’œuvre d’Antonino, mais sans réellement vendre. Il y a suffisamment d’artistes qui vendent leurs œuvres pour une bouchée de pain, et quand ils sont devenus célèbres ce sont les premiers acheteurs qui font fortune. Je ne voulais pas que cela arrive à Antonino. En fait, quand je me suis rendu compte que j’avais acheté une quinzaine de ses tableaux, je me suis senti un peu mal... Mais j'avais aussi besoin de gagner ma vie. Une solution de compromis semblait être un hôtel avec une galerie (pas pour vendre, pour exposer) et j’avais trouvé le bâtiment idéal, l’ancienne résidence du chef de gare de Tallinn : une douzaine de pièces à l’étage, et un vaste sous-sol. À l’époque, l’immobilier était en plein boom en Estonie ; entre le moment où j’ai vu l’annonce et celui ou j’ai vu le bâtiment, le prix avait augmenté de 250%. C’était encore un projet faisable... enfin, presque.

Heureusement, il a été retiré du marché, sinon mon « partenaire » et financier français (pourquoi il n'est pas encore en prison reste un mystère ;o) m'aurait écorché vif ...

J'ai réalisé que je devais retourner en France.

Nous nous sommes installés à St Rémy lès Chevreuse. L’endroit semblait parfait : la campagne, jolie, et proche de Paris, mais alors que c’était assez pratique pour moi, le potentiel en tant que lieu de musée était douteux. La plupart des visiteurs viennent pour un week-end pour faire de la randonnée. Et puis c’était inabordable de toute façon. Nous avons cherché à Fontainebleau - pire. Ensuite St Paul de Vence : très tendance et très « artiste », ou plutôt trop à la mode et trop « artiste », et aussi beaucoup trop loin de Paris pour que je puisse travailler.

Le musée devait être suffisamment proche de Paris (c’est à Paris que je travaille principalement). Les considérations pratiques, comme les horaires de train, étant importantes, cela nous laissait trois options :

  • Rouen, une ville agréable mais… peut être un peu trop près de l’Angleterre
  • Rambouillet, même chose, et trop près, ou trop loin…
  • Blois et sa région, avec un dernier train arrivant vers minuit ; pratique pour aller et revenir de Paris le même jour.

Et c’était tout.

Alors commencèrent les longs weekends passés à battre la campagne à la recherche de la perle rare.

  • 4000 m² de cave à champignons troglodytique ?
  • Une ferme fortifiée du 16ème siècle, sur une vicinale entre nulle part et ailleurs ?

Les photos ci-dessous montrent quelques exemples, avec le bâtiment de Tallinn pour commencer (cliquer sur une image pour ouvrir)

Et un beau jour une agence immobilière me téléphone et l’agent me dit « Si je me souviens bien, vous cherchez quelque chose d’original ... ». Et après quatre ou cinq mois de « peut-être », « je vais voir », « on attend une réponse » et « vous êtes toujours intéressés ? », le coup de téléphone pour nous confirmer que le bâtiment était à vendre et quand voulez-vous visiter ?

J’étais allé à Montrichard plusieurs fois, et bien entendu je connaissais maintenant tous les agents immobiliers du coin. La ville avait deux aspects particulièrement intéressants :

  • Elle est à l’entrée de la région principale des châteaux dans la vallée de la Loire
  • Elle n’a pas une attraction particulièrement connue, donc pas de concurrence pour les visiteurs

Donc nous allâmes voir…

Et nous voilà propriétaires de deux bâtiments :

  • Un moulin à eau de cinq étages et 1000 m², construit il y a 200 ans, et
  • Une usine de trois étages et 1800 m², construite dans les années soixante
  • … sur 1 hectare de terrain

Et nous passons à la phase suivante :

Le musée Antonino aujourd’hui

la situation actuelle (ou « nous l’avons cherché »

Le moulin est à gauche. Antonino aura son studio à l'étage supérieur. Sur la droite est l'usine dans son état actuel. Le premier étage (600 m² entourés par un balcon de 2,4 m de large) sera la zone d'exposition principale.

La première des choses qui ont besoin d'attention est le toit de l'usine. Une conception que j'aime, c'est la Cité de la Mode et du Design à Paris :

Photo de la Cité de la Mode et du Design, Paris, la nuit

Mais nous sommes ouverts aux suggestions.

 

L'inspiration

Il y a (très) longtemps, j'avais lu l’histoire de cet étrange facteur français qui, tous les jours pendant sa tournée, ramassait des cailloux qui lui paraissaient intéressants et les mettait dans sa sacoche. Chaque jour, pendant trente ans, il a travaillé à son rêve et a créé la maison la plus extravagante, la plus flamboyante, probablement jamais construite par une seule personne (à l’exception peut-être du gratte-ciel Soutiaguine maintenant démoli, dans la province de Mourmansk, en Russie, mais je m'égare). C'était l’œuvre de sa vie.

Il s’appelait Ferdinand Cheval (1836-1924) et le monument qu'il a construit, maintenant propriété de la commune d’Hauterives, Drôme, est appelé le Palais Idéal du Facteur Cheval.

Le Musée Antonino est redevable à son travail et son génie. Il est lui aussi conçu comme une œuvre pour la vie : chaque mois une nouvelle peinture ou sculpture, chaque année une nouvelle addition à la construction ou au jardin, chaque jour une nouvelle façon de voir la vie.

 

Les voisins

Soyons réalistes, nous avons besoin d’avoir des visiteurs payants, et le musée est à proximité d’attractions importantes sur le circuit touristique, certaines attirant davantage les groupes et les voyages organisés, d'autres plus intéressantes pour les voyageurs indépendants à la recherche de dépaysement, de culture, de destinations inhabituelles.

Voici les trois attractions les plus proches :

 

Le Val de Loire

Ajoutée à la liste des sites « Patrimoine Mondial de l'UNESCO » en 2000, la partie centrale de la vallée de la Loire possède plus d'une centaine de châteaux, et la plupart valent la visite. Mais après une semaine de visites, la plupart des visiteurs sont fatigués des châteaux et veulent quelque chose de différent. Et on peut dire que le Musée Antonino sera différent !

 

Rating
2473 0

Add comment


Logo du Musée Antonino

 

Bienvenu au site du Musée Antonino.

Nous avons beaucoup d'autres tableaux, mas pas encore digitalisés. Si vous aimeriez les voir, prenez contact avec Simon :

+33 6 89 69 13 56 or Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous pourrions organiser une visite

Adresse

Antonino Museum
4 bis rue de la Plage
Faverolles sur Cher
+33 6 69 89 13 56
+33 6 80 81 51 06

Expositions
  Itinérantes

Si vous aimeriez organiser

une exposition, publique ou privée,

chez vous, dans votre ville

ou sur votre lieu de travail,

prenez contact avec nous

Cartes Postales

Nous commençons à imprmer de belles cartes postales. Pour commencer Pássaro Lobo et une autre non encore sur le site. Pour les obtenir, gratuitement, nous envoyer une enveloppe timbrée.